Mon Algerie (www.monalgerie.tk)
Merci de votre visite n'oubliez pas de revenir souvent et surtout de poster. Ecrivez ! Ecrivez !


Le divorce en Algérie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le divorce en Algérie.

Message par moja le Jeu 27 Déc - 4:57


Le divorce est en train de se répandre en Algérie et l'institution familiale devient de plus en plus fragile. Les causes sont nombeuses, certaines sont économiques, d'autres sont sociales et d'autres enfin tiennent de traditions qui ne sont suivies que partiellement dans leur côté qui arrange le plus, qui dérange le plus et qui produit le plus de dégâts. Nous allons parler de cette dernière catégorie de causes car les premières peuvent être contenues par la famille qui peut leur faire rempart si elle est bâtie sur des liens solides. Or justement le problème est là.

Les causes du divorce en Algérie sont rarement le fait de la femme mais cela arrive quelquefois. Pourquoi ne peut elle endosser la responsabilité qu'occasionnellement, parceque la pression qui s’exerce sur elle pour qu’elle ait un foyer est nettement plus importante que celle qui s’exerce sur l’homme et commence dès avant le mariage après les vingt ans. La question insidieuse, est tu mariée, formulée sous toutes les intonations possibles et imaginables et avec insistance et sans la moindre gène met la majorié des jeunes femmes célibataires dans l’embarras surtout lorsqu’elles approchent ou dépassent la trentaine, puis cela se tasse petit à petit pour laisser place à de la commisération feinte qui fait encore plus de mal à la jeune femme. C’est comme si le fait de ne pas s’être mariée était une tare majeure qu’il fallait soigner au fer rouge.

Une fois mariée la femme subit tous les abus d’un mari éduqué sur la base de l’inégalité et d’une conception erronée du droit musulman dont il ne voit que ce qui l’arrange pour ne retenir que les droits qui lui sont conférés, sans tenir compte des obligations qui pèsent sur lui. L’épouse en droit musulman possède un patrimoine indépendant de celui de l’époux et n’a pas légalement à pourvoir aux besoins des enfants et du ménage, sauf si elle le veut bien et le fait sans contrainte et de son plein gré.

Mais la contrainte est à la base du mariage en Algérie car l’homme, voit en la maitrise du lien marital non pas un devoir de protection, d’assistance et de pourvoiement à la subsistance, à l’habillement et au confort moral et matériel de son épouse comme le stipule le droit musulman, mais il y voit un pouvoir de contrainte par la répudiation, droit qui ne lui est reconnu par le droit musulman que dans certaines circonstances extrêmes et limitées, mais dont il abuse.

De ce fait elle est obligée , lorsqu’elle à un salaire ou des revenus, de les remettre à son mari pour se retrouver, s’il décide un jour qu’elle ne lui est plus utile , sans le sou et totalement démunie.

Et la femme se trouve sous l'épée de damoclès qui pèse sur elle, devant un choix difficile, souvent dramatique. Doit elle supporter les brimades et le despotisme d’un mari qui ne voit en elle qu’une esclave, ou se mettrait elle au ban de la société par un divorce qui serait pour elle presqu’une mort civile ?

En effet, la aussi c’est une autre contrainte, car la femme divorcée en algérie, non seulement soulève toutes les suspiscions, généralement infondées, mais encore est reléguée au rang d’étrangère par sa propre famille qui la ressent comme un fardeau et lui reproche son divorce même si elle a tout fait pour l’éviter. C’est pourquoi le divorce pour elle est impensable même si elle subit les affres de la dégradation morale.

Il est rare de plus, surtout dans les villes, que la femme divorcée puisse un jour se remarier et fonder une famille, généralement son divorce marque la fin de sa vie affective et sexuelle. En outre tous ceux parmi les hommes qui la croisent et qui savent son état de divorcée, n’y voient qu’une proie facile qui pourrait assouvir leurs desseins bestiaux.

Cette conception tronquée du droit musulman, à l’origine d’un véritable fléau en Algérie, n’a pu être corrigée par le pouvoir, les textes préparés se heurtant au droit musulman, lequel même s’il n’est plus appliqué par la partie mâle de la population dans ce contexte, est revendiqué, brandi plutôt par elle en raison des privilèges qu’elle y trouve.

Le doit musulman pose le principe du juste milieu, ni insuffisance ni excès et donc du moment qu’il est avéré sans équivoque que les époux mâles en Algérie ne respectent pas le droit musulman dont la sanction est différée car s’agissant avant tout de règles religieuses, doivent être placés devant un ensemble de règles de droit positif à même d’assurer ici bas la protection des femmes, en vue de la bonne application de l’esprit de la loi musulmane nonobstant son texte, laissé actuellement et paradoxalement à l’appréciation du mari dont on sait avec certitude qu’il n’en tient pas compte.

Lorsque les maris respecteront le droit musulman, rien n’interdira de revenir à ses textes plutôt qu’a son esprit. Mais la démagogie n’est pas de mise, le nombre de divorces par an atteint des chiffres alarmants et les enfants issus de couples en rupture ne cessent d’être de plus en plus nombreux.

Le fait de faire supporter la charge de la famille par les deux protagonistes avec des charges perceptiples judiciairement pour les deux ne serait que bénéfice pour la famille, pour les enfants et pour l'état. Car les errements auxquels conduit le divorce sont en fin de compte supportés par la société et par conséquent par l'état. La déstabisation pour les enfants qui commence déjà bien avant le divorce lorsqu'il y a mésentente et qui s'accentue après celui ci fait de ceux ci des délinquants dont la société aura à subir les écarts .


Dernière édition par moja le Sam 8 Aoû - 20:54, édité 1 fois

moja
Admin

Nombre de messages: 224
Date d'inscription: 22/11/2007

http://algerie.fororama.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le divorce en Algérie.

Message par Lamia le Dim 23 Mar - 18:20

Discours dépassé ça c'était peut être avant. Maintenant les femmes sont plus émancipées, elles préfèrent être seules que mal accompagnées. Elles peuvent donc endosser la responsabilité d'un divorce sans problème.

Lamia
Moderateur

Nombre de messages: 2
Date d'inscription: 28/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le divorce en Algérie.

Message par Rabah Naceri le Ven 28 Mar - 21:28

Je pense que nous ne pouvons pas débattre objectivement du problème du divorce si, au préalable, l'on ne précise pas dans quel espace géographique nous nous situons. A mon avis, le divorce en milieu rural n'est pas perçu de la même manière que le divorce en milieu urbain.
La perception du divorce diffère également lorsque la femme (puisque c'est à elle que l'on fait allusion) est issue d'une famille aisée ou pauvre.
En ne tenant compte que de ces deux paramètres, le débat semble déjà délicat et nous dicte d'éviter les généralisations des avis.

Rabah Naceri
membre

Nombre de messages: 47
Date d'inscription: 06/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le divorce en Algérie.

Message par moja le Lun 26 Mai - 0:58

Il n'y a pas de réelles différences, les traditions sont partout pareilles que ce soit en milieu citadin ou rural parceque les villages ont été introduits dans les villes.

moja
Admin

Nombre de messages: 224
Date d'inscription: 22/11/2007

http://algerie.fororama.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le divorce en Algérie.

Message par mira25 le Jeu 25 Aoû - 3:53

bsr,
j'ai envie de vider mon sac et raconter mon mal, ca tourne souvent au tour du divorce, bien que je soit celibataire mais y'a pas une personne qui a peur du mariage plus que moi, j'entend a chaque fois parler des filles qui se divorcent c'est devenu la mode , des filles de ma famille des voisins des amies, on entend et on arrete pas d'etre surpris a chaque fois, on se dit et pourtant c'etais un couple qui s'etait choisi par son propre consentement, et quand on revient aux causes, on est encore plus surpris, en restant bouche bée on regrette toute liaison appelé mariage, ca laisse beaucoup de blessures bien plus que de benifice, abghadho el 7alal el tala9 mais des fois le divorve devient ra7ma, la totalité des cas de divorce qu'on m'a raconté la femme a été trompé d'une façon ou d'une autre, le mari raconte une histoire avant le mariage et uen fois marié bjr la surprise, le travail de la femme, la visite de ses parents interdits tout devient interdit , ne met pas le nez dehors, comme si elle est au serkaji, je ne peut rien dire a part que ce soir je pourrais pas dormir je viens d'apprendre d'un cas de futur divorce d'une personne tres proche , je pleure comme si c'etais moi, j'arrive pas a fermer l'oeil comme si c'etais moi, y'a certains gens qui encourage la femme a rester avec son mari quoi qu'il soit, et la je suis navré de dire que je ne suis pas daccord, elle doit pas sacrifier au prix de sa santé si elle n'est pas heureuse elle n'a qu'a rompre cette relation, les maladies due au stress sont de plus en plus importantes, les cancers aussi les maladies cardiovasculaires, y'en a marre de voir les femmes aux hopitaux en train de souffrir de tout faire pour satisfaire et le mari et la belle soeur et le beau ferer et tout le monde a la fin, au prix de leurs bonheur santé et réussite, je vais mal vraiment mal de voir les hommes continuer a melanger entre el hogra o rejla!!!! de dire fierement qu'il est le l'homme et c'est lui qui decide tout! avant le mariage c'etait non on sera comprehensif l'un envers l'autre, et rien ne pourra nous separrer et apres le mariage l'accumulations de faux problemes et de futilité fera renverser la jarre en un beau jour et le divorce s'annonce sans prodromes ni rien du tout, je suis tres sensible je ne sais comment vaincre cela et que ferais je si jamais par malheur il marriverai la meme chose, j'aurais decidé de ne jamais me marié mais comme je suis deja en relation on a deja prevu le mariage , j'ai envie de faire demi tours et de tout rompre, bref .................. ah mon dieu je vous ecrit a l'espoir d'apaiser ma douleur ma peur et ma souffrance a l'espoir de pouvoir trouver sommeil cette nuit, et continuer a vivre. la coincidence veut que demain soit mon anniversaire , rebi yej3el khir,,, de nos jours les gens continuenet a confondre et comparer les année 1900 des années 2000 franchement uen fille qui passe sa vie a etudier une fois marié le mari ose lui demander de rester chez elle bien que c'etais prevu qu'elle travaille ou bien il en fait le chatage ou bien tu me donne ta paye en sous entendu ou bien tu fou le camp prenant tes clik et tes clak :affaires et enfants , yesmma7 fi wladou comme si cétais pas son de sang, et donne des conditions insupportables nul n'a le droit de te rendre visite chez moi car c'est pas chez toi, ni ta famille ni personne et en plus tu ne rend visite qu'une fosi par mois sans passer la nuit , jamais la nuit , et un autre demande ce que le bon dieu a interdit de faire et l'autre n'est pas normal moitié homme seulement , c'est a dire homme si on veu le dire sinon c'est pas le cas, genetiquement homme mais comportementalement femme, rebi yahdina et l'autre a une mere qui peut tout faire pour remarié son fils a son propre choix , et tout ça dans un contexte de stress d'abus et de pression psychique qui peut rendre la femme facilement malade , on entend partout des cas de divorce dans l'arret de bus a l'hopital au travail, rebi yahdina,,,amine ya rab el 3alamine. la femme peut etre fautif parfois mais j'en ai pas entendu parler de ça, elle n'est fautive que le jour ou elle a uen belle fille et elle veut la faire divorcé car elle ne lui plait pas pour uen raison ou une autre, le jour dont elle a demandé sa main elle lui plaisai ainsi qu'a son mari et une fois il font d'elle un chifon une femme de menage une poupée entre leurs mains , la ils ne veulent plus d'elle 7raaaaaaaaaaaaaam o rebi ykhelesshom nchallah,

mira25
Visiteur inscrit

Nombre de messages: 1
Date d'inscription: 25/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum